Entreprise

Tendaho : le fleuron éthiopien qui veut faire partir des plus grands producteurs de sucre au monde

Publié par  | 

L’Éthiopie envisage faire partie des plus grands producteurs de sucre au monde.

Située à 580 km de la capitale éthiopienne (Addis-Abeba), l’usine Tendaho qui emploi pratiquement 14 200 travailleurs est l’entreprise qui produit du sucre. A partir de cette année en cours, l’usine compte améliorer sa production (619 000 tonnes) de sucres par an comme l’indique, le responsable des relations publiques, Solomon Girma qui indique « nous devront améliorer la puissance d’ici la fin de l’année à venir ».

Des plantations sur 50 000 hectares

Il s’agit d’un projet qui fait partie des visions qui permettra à l’Éthiopie d’atteindre une croissance économique tournant autour de 10%. « Notre but est de faire partie des dix premiers producteurs de sucre au monde » souligne, Atakilty Tesfay, responsable de l’usine. D’après les visions du gouvernement, il est question de bâtir dix usines sur l’étendue du territoire. Et Tendaho va planter de la canne à sucre sur pratiquement 50 000 hectares dans un creuset près de la rivière Awash qui fait partie des plus grands réservoirs d’eau de l’Éthiopie

« L’État souhaite que les populations puissent profiter du développement du pays » ajoute, Atakilty Tesfay. Une partie du sucre qui sera produite à Tendaho sera commercialisé sur le marché éthiopien et une autre partie sera exportée ce qui permettra de engendrer des devises que le pays n’a pas.

Et Solomon d’ajouter « toutes les conditions sont réunies pour que la canne à sucre puisse pousser ici ». Pour l’instant l’entreprise ne possède qu’une usine. Mais son implantation a permis de construire douze villages composés de petites bâtisses dans un terrain vide afin d’offrir des toits à 17 000 foyers.

Démarrés en 2009, les travaux de construction de l’usine n’ont pas encore été terminés. En fait, l’entreprise chargée de construire l’usine (Overseas infrastructure Alliance (OIA) ) qui avait la mission de livrer une usine totalement achevée a pris d’importants retards. Reste à persuader les habitants d’Afar sur les avantages de la culture de la canne à sucre. En fait, dans cette localité, les habitants sont plus des éleveurs de bétail et quand il faut les amener à s’installer dans une autre localité sera difficile.

Laurent

Laurent. 25 ans. En Master 2 Finance à la Finance School de Lyon.