Finance

L’ancienne PDG de Mia Electric mise en examen pour « banqueroute »

Publié par  | 

miaaMichèle Boos, ancienne PDG et gestionnaire du constructeur de voitures électriques Mia Electric, liquidé en mars, a été mise en examen vendredi soir par une juge d’instruction de Niort pour « banqueroute, abus de biens sociaux et escroqueries », selon une source judiciaire.

Mme Boos a été mise sous contrôle judiciaire, suivi d’une interdiction de quitter le territoire français et elle est condamnée à verser une caution de 100.000 euros.

C’est mercredi que Michèle Boos, 48 ans, avait été placée en garde à vue en début d’après-midi par la section financière de la police judiciaire de Poitiers. Ensuite sa garde à vue a été prolongée de 24H00.

Une première enquête avait été ouverte au mois de septembre après des irrégularités dans la gestion remarquées pendant la liquidation de l’entreprise Mia Electric dont le siège se trouve à Cerizay (Deux-Sèvres), d’après Natacha Rateau, procureur de la République de Niort lors d’une conférence de presse.

Soupçons du parquet sur des abus sociaux…

Le parquet suspecte surtout la femme d’affaires franco-coréenne d’avoir commis des « abus de biens sociaux » reposant sur un détournement de fonds de la société pour son propre « train de vie », a indiqué Mme Rateau, mentionnant une somme « dépassant les 50.000 euros ».
L’ex PDG est aussi suspectée d’avoir vendu moins de 100 voitures en dessous du véritable prix, une vente à perte qui est considérée comme un délit de banqueroute par moyens ruineux.
Pour finir, la société « sur ordre de Mme Boos, gérante a reçu les acomptes de tous ceux qui ont commandé des Mia alors qu’elle était bel et bien conscience qu’elle n’allait jamais livrer les voitures » a lancé le procureur qui considère ses faits comme étant de l’escroquerie.

Dans le collimateur de la justice allemande

Au cours de la liquidation des biens de Mia Electric, lors d’une conférence de presse qui a eu lieu le 25 septembre, elle aurait par ailleurs utilisé « un homme de paille » nommé Babak Shafi, un homme d’affaires franco-iranien, actionnaire principal de Mia Generation, la nouvelle société fondée par Mme Boos en Vendée voisine, a indiqué le Procureur.

La société civile immobilière (SCI) Les Roseaux, appartenant à Babak Shafi, s’était présentée comme le nouvel acquéreur du lot principal de la vente aux enchères évalués à 1,3 million d’euros ainsi que des brevets, la marque et la ligne de production.

Laurent

Laurent. 25 ans. En Master 2 Finance à la Finance School de Lyon.